Friday, December 23, 2011

Mériter la clé du coeur

«L'état d'esprit du cheval (ou de l'humain) est la seule chose qui compte.  Ceux qui font les choses même s'ils n'en ont pas envie sont plus faciles; nous avons peut-être ainsi l'impression d'être efficace et nous devenons confiants en nos habiletés.  Mais ce sont ceux qui ne font rien à moins que nos techniques et nos intentions soient pures qui nous démontrent soit que nous sommes vraiment efficaces, ou qui nous donnent la preuve que nous ne le sommes pas.  D'une manière ou d'une autre, c'est un cadeau qui nous est offert. » 

La première fois que j'ai lu cette citation,  elle m'a parue coller très exactement à la nature de ma relation avec ma jument Menina, mon demi-sang lusitanien, le cheval le plus difficile avec lequel il m'a été donné de travailler à ce jour.  C'est une excellente professeure, et je suis reconnaissante qu'elle fasse partie de ma vie.  Si vous me suivez, vous savez déjà que ce n'est pas un cheval simple.  Je l'ai élevée depuis la naissance, et la combinaison d'un pedigree hors pair, d'habileté athlétique, de sensibilité, d'intelligence et d'assurance a, pour le moins qu'on puisse dire, présentée tout un défi.  Ce cheval ne pardonne pas les erreurs, ce qui explique en partie pourquoi elle est si exigeante.  Elle est aussi hautement connectée avec moi, mes pensées et mon état d'esprit, et ceci ajoute une autre dimension au défi:  si mes intentions ne sont pas pures ou s'il ne s'agit pas de faire quelque chose avec elle et pour elle, elle le sait bien avant que je demande quoi que ce soit.  Je me souviens de l'avoir mené en longe à l'âge de deux semaines, et comme nous passions tout près d'un muret en ciment, j'ai pensé:  «Ce serait tellement génial si elle s....».  La pensée n'était même pas entièrement formulée et voilà ma pouliche qui est déjà sur le muret.  Elle est connectée à moi à ce point; elle sait en tout temps où je suis, ce que je fais et comprends si elle fait partie du mouvement ou pas.


Donc avec Menina, je dois constamment trouver juste le bon dosage de focus, ressenti, temps de réaction, équilibre et énergie, sinon elle me fait savoir très clairement qu'elle s'objecte à mon manque de leadership d'humain.  Un CGE/CGI/CDE extrême qui s'aventure aussi du côté CDI, je dois non seulement constamment m'ajuster au cheval qui se présente à moi, mais si elle portait une enseigne, il y aurait de fortes chances qu'il y soit inscrit «TU ES NULLE» la plupart du temps.

Avec un tel cheval, il serait facile de se décourager ou de perdre l'envie de continuer, et elle a définitivement mis à l'épreuve mon assurance à de nombreuses occasions.  Ses réponses et ses réactions peuvent être très extrêmes, et ont inclus dans le passé des explosions en ruades, des coups de pied avant et arrière, se cabrer, s'emballer, mordre, se coucher et refuser de bouger.  Nous avons dû progresser lentement dans l'échelle des niveaux, car je dois sans cesse apprendre plus et raffiner mes compétences pour lui prouver que je peux être un leader à sa mesure.  Heureusement, elle est le troisième cheval que je développe au Niveau 4, et pas le premier.  Je n'aurais probablement pas survécu si j'avais dû commencer le programme avec elle!


Il y a plusieurs années, à la fin d'un cours de 6 semaines au ranch Parelli, on nous a demandé d'écrire une lettre à notre cheval.  La mienne disait quelque chose qui ressemblait à ceci:  «Qui dois-je devenir pour pour mériter la clé ton coeur?».  C'est le trésor que je cherche depuis ce jour.  Lorsque j'ai l'occasion de jouer avec un autre cheval, la plupart du temps, il me semble facile et je reprends confiance en mes capacités et en ma compétence.  Ils compensent peut-être un peu pour mes erreurs, ou j'ai probablement appris suffisamment pour pouvoir communiquer efficacement avec ces autres chevaux.  Mais pas avec Menina.  La marge d'erreur est trop mince, et elle ne supporte pas longtemps la maladresse ou l'incompétence.  Ou je vise dans le mille, ou je suis NULLE.  Heureusement, j'ai acquis suffisamment de leadership depuis 8 ans pour ne plus avoir à faire face à la majorité des comportements dangereux.  Aujourd'hui, elle s'exprime principalement en s'obstinant, en refusant, en quittant ou en ignorant tout simplement mes demandes.

Dernièrement, le défi a surgi dans le cadre du jeu du cercle en longe, un exercice que j'essaie de raffiner pour terminer mes auditions Niveau 4 (les instructeurs ont reçu l'ordre de compléter leur Niveau 4 d'ici septembre, donc nous sommes astreints au calendrier).  Menina galope bien sur la corde de 45 pieds et fait ses changements de pied à la volée sans difficulté; notre travail aux longues rênes est solide et elle aborde tous les obstacles avec assurance.  Toutefois, elle a maîtrisé l'art de décamper à tout moment, en prenant appui sur la corde avec son nez ou en passant le pied, en se raidissant et en filant à toute allure en m'arrachant la corde.  Ce qu'on appelle communément la «technique de la mule» car les mules le font très souvent.  Elle ne le fait qu'au delà d'une certaine distance, donc le fait de jouer avec la corde de 22 pieds ne m'est d'aucun secours.  Jusqu'à récemment, elle le faisait toujours vers la gauche, mais lorsque je suis devenue particulièrement attentive à la direction que prenait son esprit puis son nez en allant à gauche, et que j'ai réussi quelques fois à interrompre le mouvement en faisant moins plus rapidement, elle a commencé à me déjouer à droite.  Toutes les techniques que j'ai apprises au fil des années aux ranchs Parelli n'ont pas résolu la question; j'ai donc dû soigneusement passer en revue mes stratégies et réfléchir sérieusement à la source du problème.

Puis un soir, je me suis souvenue de Pat et Casper durant l'hiver passé à l'Université Parelli il y a déjà plusieurs années, et d'un jeu auquel nous avions participé pour aider Casper en liberté.  Casper avait pris l'habitude de quitter Pat, toujours du même côté, et Pat cherchait un moyen de remplacer cette habitude.  Casper est aussi un cheval extrême et très intelligent.  En y repensant, je suis venue à l'idée que mon problème n'avait rien à voir avec le jeu du cercle - Menina peut faire de très beaux cercles si ELLE EN A ENVIE.  Ce qui me manquait, c'était la force de la relation entre nous nécessaire pour qu'elle ait envie de rester avec moi pour l'exercice.  En menant à bien tous mes projets d'avancement, de résolution d'autres problèmes, d'apprentissage de la Finesse, de dressage avec Walter Zettl et de préparatifs pour le cours de Jeu du Contact, j'ai trop souvent omis le besoin de continuer à MÉRITER LA CLÉ DE SON COEUR.  J'ai mis beaucoup de pression sur mon cheval, et elle me disait «écoute-moi, et la relation entre nous, où en est-elle?».  Je l'avais rassemblée mentalement, émotivement et physiquement, mais j'avais négligé son coeur.  Le compte de banque était à plat.  Même un cheval cerveau gauche et confiant a besoin de savoir que vous l'aimez, même s'il n'a pas peur de vous et qu'il apprécie généralement la compagnie des humains.  Menina n'avait aucune difficulté à être à mes côtés, mais elle me quittait quand je demandais plus, si de son point de vue, elle jugeait que j'étais injuste, critique ou que le moment était mal choisi.

En considérant cette réalisation, j'ai donc changé mon optique complètement et la semaine dernière a été axée sur la relation.  J'ai essayé de mieux la comprendre, de demander moins, sans oublier d'être exigeante sur la qualité car c'est crucial pour garder mon leadership avec ce cheval, d'accepter les efforts et de récompenser souvent.  J'ai mis de côté ma corde et repris l'exercice en liberté dans une aire assez vaste, afin de vraiment voir la Vérité, quelle qu'elle soit.  La première journée, Menina a décollé dès le début;  je l'ai encouragée avec beaucoup d'énergie, je l'ai envoyée très fermement pour créer une plus grande envie de revenir, pour rendre le mauvais choix difficile, mais je lui a donné UN ÉNORME RELÂCHEMENT en m'éloignant rapidement dès qu'elle a commencé à regarder dans ma direction pour revenir.  Drive et draw extrêmes pour faire le contrepoids d'un comportement extrême, en me synchronisant avec son niveau d'énergie.  Après deux répétitions, elle restait collée à moi.  J'ai demandé très peu la première journée, juste créer le désir de rester avec moi, et ensuite je me suis assise et nous sommes restées ensemble à rien faire pour un bon moment.  J'ai aussi décidé de ne pas la monter, afin de terminer notre journée sur un sentiment de détente et d'expression positive pour elle et pour moi.

J'en suis à la cinquième journée de ce programme, et les changements sont ÉNORMES.  Chaque jour, je demande un peu plus, afin de ne pas l'ennuyer, tout en essayant d'équilibrer approche et retrait.  Elle ne me quitte plus, même avec l'herbe sous ses pieds et ses amies qui sont hors de son champ de vision.  Un peu plus chaque jour.  Je termine chaque session avec un long moment de temps ensemble à ne rien faire (si difficile pour une extrovertie), et elle broute près de moi ou elle pose son nez sur ma tête et souffle doucement dans mes chevaux comme pour dire «Merci d'avoir enfin compris».
NOUS DEVONS D'ABORD MÉRITER LA CLÉ DU COEUR, L'OBTENIR ENTIÈREMENT ET SANS RÉSERVE. 
Les chevaux n'ont pas d'intérêt pour notre savoir tant qu'ils ne savent pas qu'on a leur intérêt à coeur.
C'est si facile à oublier quand on est pressé et qu'on a des objectifs à réaliser.  Walter Zettl enseigne qu'en l'absence du Schwung, on ne peut rien faire de bon.  Chez Parelli, nous enseignons qu'en absence de relation, rien n'existe qui en vale la peine.  Menina n'allait pas me permettre d'oublier cette pièce très importante de notre casse-tête; quelle professeure extraordinaire elle a été et continue d'être pour moi!  Malgré tous ces moments où j'ai pensé que j'étais tout simplement NULLE, l'apprentissage continuait et de grandes leçons se sont imprimées au fond de mon cerveau et de mon coeur.  Je suis et je continue d'être totalement engagée envers ce cheval, comme envers tous mes autres chevaux.  Mais celle-ci m'offre une relation où l'engagement ne suffit pas - je dois être obsédée!  Je dois constamment y travailler et ne jamais être tentée de croire que j'ai peut-être appris tout ce que j'ai besoin de savoir pour exceller avec les chevaux, ou avec ce cheval.  Pas même une seule journée.

Merci Menina de me pousser constamment à devenir une meilleure femme de cheval et un meilleur être humain, et de m'obliger à garder mes intentions pures et mes techniques à jour, ainsi que de ne jamais, au grand jamais, me laisser glisser dans la médiocrité ou l'auto-suffisance!




No comments:

Post a Comment